Image de l'article

Les prochaines Rencontres Cinématographiques se dérouleront du mercredi 7 au vendredi 9 novembre 2018 à Dijon, présidées par le cinéaste Cristian MUNGIU, Palme d’Or du Festival de Cannes 2007.

 

///

PROGRAMME DES DÉBATS

 

L’objet de cette prochaine édition des Rencontres Cinématographiques de Dijon est d’abord de mieux saisir les contours des transformations qui bouleversent le paysage cinématographique et audiovisuel. Puis de dessiner des propositions qui inscrivent ce changement de paradigme dans un cercle vertueux, qui garantirait au cinéma indépendance, diversité culturelle et accès aux œuvres

 

SUIVEZ LES DÉBATS EN DIRECT
OU RETROUVEZ-LES EN DIFFÉRÉ
SUR LA PAGE DAILYMOTION DE L’ARP :

www.dailymotion.com/larp

Mercredi 7 novembre – 18h30-20h30 – Cinéma Eldorado

Table Ronde – La représentation des femmes au cinéma est-elle sexiste?

Quels sont les portraits de femmes proposés aujourd’hui ? Dépassent-ils les archétypes fantasmés de « la femme de », de la « bonne copine », de la « nymphette », de la « belle-mère vénéneuse » ou du « faire valoir féminin » ?
Le cinéma, à la fois source et reflet de l’imaginaire collectif, n’est-il que le miroir d’un patriarcat solidement ancré, qui perpétue les rôles stéréotypés ?
La vision machiste ne fait-elle que répondre aux attentes des spectateurs ? Est-elle l’expression d’un secteur largement dominé par les hommes et leurs fantasmes ?

Comment alors dépasser au cinéma les déterminismes de genre et de proposer enfin des modèles féminins contemporains et proches des réalités de nos sociétés ? Comment le cinéma peut-il participer à la construction de regards inclusifs et moins caricaturaux ?

Avec : 
Christine Citti, actrice
Maxime Delauney, producteur (Nolita Cinema)
Coralie Fargeat, cinéaste
Stéphane Foenkinos, cinéaste
Fabienne Silvestre-Bertoncini, co-fondatrice et coordinatrice du Lab des Femmes

 

Jeudi 8 novembre – 9h30-12h, Grand Théâtre

L’exception culturelle et le droit d’auteur ont-ils déjà perdu la bataille face au copyright et à la loi du marché? 

Comment l’Europe, comme la France, peuvent-elles échapper au glissement vers les logiques de copyright, imposées par la domination économique mondiale des Géants américains du numérique, et défendre leur force de différenciation, en consacrant l’exception culturelle et le droit d’auteur ?

A l’ère numérique, quel avenir pour ce droit d’auteur inaliénable, imprescriptible et perpétuel ? Pourquoi la protection du droit d’auteur, composante essentielle de l’identité européenne, doit être centrale dans sa politique et sa diplomatie culturelles ? Alors que les plateformes tirent évidemment profit des œuvres, comment assurer, dans le cadre de la révision de la Directive Droit d’auteur, une rémunération réellement proportionnelle pour les auteurs ?

Si l’exception culturelle et le droit d’auteur ont encore un sens dans une économie dominée par des Géants américains, qui tendent à imposer en Europe leurs modèles commerciaux, comment défendre ces deux piliers de la diversité, de l’indépendance et de notre identité culturelle ? Comment rendre obligatoire une transparence des données liées à l’exploitation des œuvres ? Comment garantir des conditions contractuelles justes et équitables entre créateurs et plateformes / diffuseurs ? In fine, la question qui se pose : lorsque l’exception culturelle et le droit d’auteur sont contournés et que la puissance économique et uniquement la loi du marché décident du sens des œuvres, qui en est le créateur ?

Introduction vidéo par Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l’Économie et à la Société numériques.

Animé par : 
Pierre Jolivet, cinéaste, vice-président de L’ARP
Pascal Rogard, Directeur général de la SACD

Avec : 
Pervenche Berès, Députée européenne (S&D) et coprésidente de l’intergroupe « Industries culturelles et créatives »
Catherine Bozorgan, productrice (Manchester Films)
Emilie Cariou, Députée (LREM), vice-présidente de la commission des finances
Philippe Léglise-Costa, Représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne (à confirmer)
Manuel Mateo Goyet, conseiller de la Commissaire européenne à l’économie et à la société numériques
Cristian Mungiu, cinéaste, membre de L’ARP
François Pouget, avocat (Cabinet Factori)
Christophe Tardieu, Directeur général délégué du CNC

 

Jeudi 8 novembre – 14h30-17h, Grand Théâtre

Quelle loi audiovisuelle à l’ère numérique ?

Comment répondre aux évolutions des usages, aux innovations technologiques et aux nouveaux modèles industriels ? Quel cadre pour aborder d’une part les profonds bouleversements du secteur, passé d’un paysage fermé, hertzien, national, à un univers numérique d’hyper-offre et de concurrence mondiale ? Comment placer à nouveau la création au cœur de la chaîne de valeur, rééquilibrer le partage de la valeur entre ayants droit, éditeurs et distributeurs et limiter ainsi l’uberisation du secteur ? Comment faciliter l’accès aux œuvres et combattre leur enfermement à perpétuité sur des plateformes ?

Quelle régulation durable, équilibrée et équitable pour permettre à l’ensemble de l’écosystème de profiter pleinement des opportunités du numérique ?

Si la priorité absolue est de lutter efficacement contre le piratage, et la perte abyssale de valeurs économiques et symboliques qu’il entraîne pour l’ensemble du secteur, quel système doit-on finalement préférer ?
Quel doit être le champ de la nouvelle loi audiovisuelle ?
Quels acteurs vise-t-elle ?
Quelle exposition donner à l’ère numérique aux œuvres françaises et européennes ?
Sur quelles assiettes les obligations d’investissement doivent-elles être déterminées, pour rester pertinentes à l’ère numérique et continuer à défendre la diversité et nos multiples identités ?

Comment encadrer les importants mouvements de concentration que connaît le secteur au niveau mondial, comme en témoigne par exemple le rapprochement capitalistique entre Disney et Fox, sans entraver la croissance des acteurs français et européens ?
Comment rétablir une équité entre les opérateurs, qu’ils soient établis ou non sur le territoire français, et limiter au maximum les distorsions de concurrence entre acteurs traditionnels et nouveaux ?
Quels mécanismes de contrôle fixer pour garantir une totale transparence et le plein respect des obligations, de la part de l’ensemble des acteurs ?

Animé par : 
Radu Mihaileanu, cinéaste, président de L’ARP
Mathieu Debusschère, délégué général de L’ARP

Avec : 
Manuel Alduy, Vice-président vente et développement, Twentieth Century Fox TV Distribution France
Ara Aprikian, Directeur général adjoint contenus du Groupe TF1
David Assouline, Sénateur (PS), vice-président du Sénat, membre de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication
Caroline Benjo, productrice (Haut et Court)
Aurore Bergé, Députée (LREM), membre de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, rapporteure de la Mission d’information sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique
Frédérique Bredin, Présidente du CNC
Frédéric Brillion, producteur (Epithète Films), président de l’UPC
David Kessler, Directeur général, Orange Studio et Orange Content
Maxime Saada, Président du Directoire du Groupe Canal+
Laurent Samama, responsable EMEA media & entertainment partnerships, Google
Nathalie Sonnac, membre du CSA

 

Vendredi 9 novembre – 9h30-12h, Grand Théâtre

Pourquoi un service public audiovisuel français dans un contexte national et global ? Quels enjeux pour la création ?

Quelle est l’utilité et la place d’un service public audiovisuel à l’intérieur d’un univers de surabondance de contenus caractérisé surtout par l’émergence des plateformes des Géants américains mais aussi des acteurs privés français qui tentent de faire face à ce nouveau marché globalisant et complexe ?
Comment adapter le service public audiovisuel aux évolutions des usages et des nouvelles technologies ?
Les missions du service public de l’audiovisuel – éduquer, informer et divertir – ont-elles encore un sens à l’ère numérique ? Comment articuler offres linéaires et délinaires ?

L’audiovisuel public ne devrait-il pas s’attacher à se définir et définir un axe attractif de différenciation, permettant ainsi d’échapper au mouvement mondial d’oligopole ? Quel modèle adopter pour répondre aux attentes des spectateurs, tout en remplissant sa mission sans niveler par le bas ? Comment offrir un espace d’expression particulier aux créateurs ? Quelle éditorialisation devrait-elle être assurée par l’audiovisuel public pour être pleinement prescripteur, notamment en termes de cinéma ?

Comment assurer à l’audiovisuel public les moyens pérennes de ces nouvelles ambitions ? L’audiovisuel public devrait-il entièrement être libéré de la contrainte de l’audience ?

Animé par : 
Nathalie Marchak, cinéaste, vice-présidente de L’ARP
Christian Carion, cinéaste, membre du bureau de L’ARP

Avec : 
Martin Ajdari, Directeur général des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture
Irène Challand, responsable du projet Contribution to Society, SRG SSR (Suisse)
Frédérique Dumas, Députée (UDI, Agir et Indépendants), membre de la Commission des Affaires Culturelles et de l’Education
Delphine Ernotte-Cunci, Présidente-Directrice-Générale de France Télévisions
Marie Masmonteil, productrice (Elzevir Films), vice-présidente longs-métrages du SPI
Catherine Morin-Desailly, Sénatrice (UDI-UC), présidente de la Commission de la Culture et de l’Education
Katell Quillévéré, cinéaste, membre du Conseil d’Administration de la SRF
François Tron, Directeur général pôle contenus de la RTBF (Belgique)

 

Vendredi 9 novembre – 14h30-17h, Grand Théâtre

Quelle place pour la France et l’Europe dans le cinéma mondial ?

Quels accès sur les marchés internationaux pour le cinéma français et européen ? Quels en sont les potentiels commerciaux et les réalités en termes de recettes et sources de financement ? Et au-delà, quelle en est la portée culturelle et politique ? Comment adapter la stratégie d’export du cinéma français et européen à un univers dominé par Amazon et Netflix ?

Comment intégrer l’international dès les premières étapes de la production d’un film, sans entraver la liberté de création ? Existe-t-il des recettes pour qu’un film fonctionne à l’étranger ? La langue anglaise y joue-t-elle un rôle incontournable ? Le cinéma français et européen doivent-ils mieux gommer leur spécificité pour mieux correspondre à un appétit supposément uniforme ? Ne doit-il pas, au contraire, cultiver sa différence et encourager, comme d’autres industries créatives bien inspirées, l’expression d’une French touch singulière ?
Le financement des autres cinématographies mondiales grâce au système français contribue-t-il encore à notre rayonnement culturel et économique ?

Comment mieux exposer la richesse du cinéma français et européen dans le monde entier grâce au numérique ? Quelles plateformes ou autres moyens de distribution modernes, quels partenariats, quelles stratégies, quelles synergies ?

Animé par : 
Cécile Telerman, cinéaste de L’ARP
Michel Leclerc, cinéaste, membre du Conseil d’Administration de L’ARP

Avec : 
Lisa Azuelos, cinéaste
Mario Gianani, producteur (Wild Side)
Eric Jehelmann, Producteur (Jerico)
Gaëlle Mareschi, responsable ventes internationales, Kinology et productrice (Fluxus Films)
Jean-Christophe Simon, PDG de Films Boutique et président d’Europa International
Jean-Noël Tronc, Directeur général de la SACEM

 

///

DIJON À LA SORBONNE

Pour ceux qui ont envie de partager, à Paris, l’esprit des Rencontres Cinématographiques de Dijon, l’Ecole des Médias et du Numérique de la Sorbonne et le Master Scénario, Réalisation et Production de Paris I proposent une discussion, en partenariat avec L’ARP et en présence de nombreux invités.

Le thème ? La régulation de l’audiovisuel à l’ère numérique
Quand ? Jeudi 22 novembre 2018 – 19h30

Ceux qui n’auront pas pu assister aux Rencontres Cinématographiques de Dijon seront les bienvenus.

 

///

CÉRÉMONIE DE PARRAINAGE

À l’occasion des Rencontres Cinématographiques, la Région Bourgogne-Franche-Comté propose plusieurs événements pour mettre en lumière la création cinématographique régionale.

Ainsi, la séance de courts métrages soutenus par la Région (cf. Programme des projections), qui aura lieu le jeudi 8 novembre à 18h30 au Cinéma Darcy, débutera par une Cérémonie de Parrainage d’un jeune réalisateur bourguignon par un cinéaste de L’ARP.

Après Gérard Krawczyk, Cédric Klapisch, Claude Lelouch et Philippe Le Guay, Nicolas Bary (Les Enfants de Timpelbach, Au bonheur des Ogres, Le Petit Spirou…) a accepté d’accompagner et de conseiller, durant toute une année, un réalisateur émergeant.

 

///

SÉANCE DE PITCHING

 

Les Rencontres Cinématographiques accueilleront mercredi 7 novembre une séance de « Pitching » organisée en partenariat avec la Région Bourgogne-Franche-Comté, l’APARR (Association des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel de Bourgogne-Franche-Comté) et le Bureau d’Accueil des Tournages.

Comment stimuler l’intérêt de partenaires ?
Comment gagner la confiance d’un producteur ?
Vers quels diffuseurs se tourner ?

Durant deux heures, cinq réalisateurs émergents de la Région Bourgogne-Franche-Comté profiteront, sous la forme de speed-dating successifs, des conseils et de l’expérience de cinq producteurs confirmés :

  • Laurence Lascary (DACP Films)
  • Juliette Grandmont (Clandestine Films)
  • Matthias Weber (2425 Films)
  • Thibault Gast (2425 Films)
  • Alexandre Gavras (KG Productions)

 

///

PROGRAMME DES PROJECTIONS

 

Comme chaque année, parallèlement aux débats qui se tiendront au Grand Théâtre, les Rencontres proposeront au public dijonnais et bourguignon et aux invités des Rencontres une série d’avant-premières en présence des réalisateurs, ainsi que des séances spéciales.

Mercredi 7 novembre :

Avant-première : C’est ça l’amour de Claire Burger (avec Bouli Lanners, Justine Lacroix…)
18h – Cinéma L’Olympia

Avant-première : Pupille de Jeanne Herry (avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Elodie Bouchez…)
18h15 – Cinéma Darcy

Avant-première : Les bonnes intentions de Gilles Legrand (avec Agnès Jaoui, Nuno Roque…)
18h30 – Cinéma Devosge

 

Jeudi 8 novembre :

Avant-première : La dernière folie de Claire Darling de Julie Bertuccelli (avec Catherine Deneuve, Chiara Mastroiani…)
18h30 – Cinéma Olympia

Avant-première : Les Confins du Monde de Guillaume Nicloux (avec Gaspard Ulliel, Guillaume Gouix, Gérard Depardieu…)
18h30 – Cinéma Eldorado

Séance spéciale : Carte blanche au réalisateur Cristian Mungiu
Projection de La vie de Jésus de Bruno Dumont
18h30 – Cinéma Devosge

 

Ces projections sont gratuites : dès le lundi 5 novembre à 10h, le grand public est attendu au Bureau des Rencontres (Hôtel de Vogüé, 8 rue de la Chouette à Dijon), où il pourra retirer les cartons d’invitation donnant accès à l’ensemble des projections (dans la limite des places disponibles).

 

///

REMERCIEMENTS

 

Les Cinéastes de L’ARP remercient chaleureusement les équipes des cinémas Darcy, Devosge, Eldorado, Olympia, qui accueilleront l’ensemble de ces séances, la Ville de Dijon et la Région Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que les partenaires des Rencontres :

ARRI, Audiens, Bedigital, CANAL+, le Champagne Brimoncourt, le CNC, Couverture Image, Dailymotion, Ecran Total, EMA events, ENSA Dijon, Le Film Français, Le Fonds Culturel Franco-Américain, France Télévisions, I Mediate Clearance, Le Labo Paris, Mediakwest, Orange, Panavision, la SACEM, la SACD, Satellifax, Technicolor et Mikros image, Titra Film