Le 16 avril 2020,

Les Cinéastes de L’ARP ont appris avec tristesse la disparition de Sarah Maldoror, membre de L’ARP depuis 1993.  Auteure de fictions (Monangambée, 1969 ; Sambizanga, 1972) comme de documentaires (La route de l’esclave, 2003 ; Carnaval en Guinée-Bissau, 1980), passant aisément du court-métrage au long, Sarah Maldoror était une artiste plurielle, s’intéressant autant aux mouvements d’indépendance africains dont elle fut une figure investie, qu’à la peinture et la poésie – celle d’Aragon, de Lautréamont, et bien sûr d’Aimé Césaire, à qui elle consacra cinq films.

Les Cinéastes se souviennent d’une réalisatrice à la personnalité affirmée, d’une cinéaste engagée, et adressent leurs sincères condoléances à sa famille et à ses proches.