Image de l'article

Le 25 février 2019,

Les Cinéastes de L’ARP ont pris connaissance avec stupéfaction de l’avis rendu par l’Autorité de la Concurrence, saisie en juin dernier par la Commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée Nationale, dans le cadre de la préparation du prochain projet de loi sur l’audiovisuel.

Notre politique culturelle mérite mieux qu’un réquisitoire entièrement à charge, qui prône en réalité un démembrement total de notre régulation, niant les principes qui ont permis à la France de devenir le pays phare de la diversité culturelle et le leader mondial du cinéma indépendant. En voulant imposer ces mesures par décret, sans un débat plus que jamais incontournable, l’Autorité de la concurrence se trompe gravement. Alors même que l’Europe et la France se battent pour adapter notre régulation à la nouvelle donne numérique, et tentent d’intégrer les GAFAN dans un cadre vertueux, nous ne pouvons pas accepter une dérégulation mortifère pour la culture. 

Les Cinéastes de L’ARP défendent avec ardeur les principes d’équité et de modernisation, mais nous le faisons avec une ambition de politique culturelle chevillée au corps : garantir une diversité culturelle indispensable à la vitalité de nos démocraties, menacées par les extrémismes. L’équité, ce n’est pas le dumping culturel, où les contournements des uns et des autres nous amèneraient à abattre notre régulation.

Dans la perspective du prochain projet de loi sur l’audiovisuel, nécessaire, les Cinéastes de L’ARP sauront, comme toujours, être à l’initiative de propositions positives, modernes, poursuivant avant tout l’intérêt général. Mais nous appelons d’ores et déjà au sursaut : nos industries culturelles, notre diversité, reposent sur une conviction politique qui ne peut être ramenée à la somme des intérêts particuliers. Penser la future loi audiovisuelle, c’est aussi préparer l’avenir de notre imaginaire collectif à l’ère numérique, permettre aux artistes de créer librement, assurer l’indépendance des œuvres et des pensées, encourager la diversité des œuvres. Ne nous fourvoyons pas.